Présentation du CIBC

Publié le : 14 décembre 20173 mins de lecture

Les CIBC ont été développés sous tutelle du Ministère des Affaires Sociales, du Travail et de la Solidarité. Ils obéissent à une circulaire ministérielle de 1995 et un cahier des charges national.
Historiquement, les CIBC ont été créés sur expérimentation en 1986, dans la perspective de la « reconnaissance et validation des acquis », puis leur généralisation a notamment pris appui sur la loi du 31 Décembre 1991 relative au bilan de compétences.

Aujourd’hui, le Bilan est un droit ouvert à tous !
Les CIBC accueillent tout public, en particulier les demandeurs d’emplois et les salariés et, selon le cahier des charges national « toute personne n’entrant pas dans le cadre des dispositifs de droit commun, et formulant une demande de bilan ».
Même si le bilan de compétences constitue le cœur de métier des CIBC, ils s’inscrivent grâce à leur expérience et savoir-faire, dans le cadre plus large de l’orientation professionnelle tout au long de la vie.
Leur nature interinstitutionnelle suppose un partenariat étroit avec l’ensemble des acteurs du champ de l’orientation, de la formation, de la certification, et du monde socio-économique. Le pilotage local des CIBC est de plus en plus assuré par des représentants d’organisations patronales ou syndicales.
Ce caractère rend spécifique leur action au plus près du rapprochement de l’offre et de la demande sur le marché de la formation et de l’emploi.

Une fonction de recherche et développement est assurée par les CIBC leur permettant, grâce aux études menées, d’être proches de l’évolution du contexte, de méthodes et d’outils innovants.
La professionnalisation des équipes est une préoccupation constante au sein des CIBC qui ont signé une charte qualité et sont engagés dans une démarche de labellisation Nationale.
Les CIBC constituent quantitativement au niveau national le premier réseau de Points Relais Conseil en VAE (Validation des Acquis de l’Expérience), forts de leur interinstitutionnalité, de leur présence sur les territoires et de leur position de neutralité vis-à-vis de l’offre de formation et de certification.

Plan du site